mardi 22 janvier 2019

Qualité de l’eau de l’Isle

 
Qualité de l’eau de l’Isle – traitemen
La qualité de l’eau de l’Isle est caractéristique d’une eau superficielle s’écoulant sur
des formations cristallines :
 
Conductivité faible de 120 μS/cm en moyenne. La limite de qualité étant comprise entre 180 et 1000 μS/cm, une reminéralisation de l’eau est nécessaire ;
 
Eau très douce avec une dureté très faible, valeur moyenne de 3,8 F.
Comme toutes les eaux superficielles, elle présente une turbidité significative
comprise entre 3 et150 NTU. C’est lors des crues de la rivière que les valeurs de la
turbidité associée à la teneur en Matières En Suspension (MES) atteint les plus
hautes valeurs. Les concentrations en fer, manganèse et aluminium pouvant être
parfois élevées et supérieures à la limite de qualité pourraient être attribuées aux
argiles des matières en suspension. Le traitement par coagulation, floculation et
flotation devraient permettre d’abaisser les teneurs en MES et les teneurs en métaux.
La qualité de l’eau peut également être dégradée par les activités se développant sur
le bassin versant en amont de la prise d’eau. Les paramètres suivants montrent une
dégradation de la qualité de l’eau :
Présence de nitrates (entre 11 et 9,5 mg/l) en faibles quantités ;
 
Traces de pesticides, à des teneurs inférieures aux limites de qualité des eaux brutes destinées à la consommation humaine mais supérieure aux limites d’eau distribuée
. Le filtre CAG (Charbon Actif Granulaire) permettra un abattement significatif des pesticides ;
 
Pollution bactérienne, elle est normale pour une eau superficielle,d’autant plus que l’on se situe dans une région d’élevage. On note également la présence de cyano bactéries à des concentrationsinférieures à la limite de qualité « eau brute ». Un traitement est
cependant nécessaire. La stérilisation de l’eau par injection de chlore en aval de la filière de traitement permettra d’éliminer la charge bactérienne.
Les concentrations en arsenic sont le plus souvent supérieures à la limite de qualité
des eaux distribuées (10 μg/l) mais inférieure à la valeur guide des eaux brutes.
L’origine de l’arsenic serait d’une part d’origine naturelle mais aussi d’origine industrielle (lessivage des stériles des extractions minières aurifères).
La nouvelle filière de traitement devrait permettre de produire une eau de qualité
conforme à l’usage AEP.
La valeur du rayonnement alpha globale de l’eau n’a pas été mesuré
 
L’Isle prend sa source dans le département de la Haute-Vienne à une trentaine de
kilomètres au nord-est de la prise d’eau. Le relief du bassin versant est vallonné. Son
point culminant est à l’altitude de 557 m NGF. La cote de la prise d’eau est proche de
160 m NGF.
Le réseau hydrographique drainant le bassin versant de l’Isle en amont de la prise
d’eau est dense avec un maillage de ruisseaux secondaires important. De nombreux
plans d’eau au fil de l’eau et de retenues collinaires sont recensés.
Les affluents de l’Isle en amont de la prise d’eau sont d’amont vers l’aval :
 
En rive droite : Les Planches (3,9 km) ; Le Crassat (3,4 km), Le ruisseau Noir
(13,6 km), le Périgord (11,1 km), Le Ruchalait (4,9 km), Le Galet (3,6 km,), La
Valouse (24 km) et son affluent (10 km)
En rive gauche : La grangère (4,4 km), Les Claujoux (7,8 km), Le Rieux (3,4
km), Le Chéni (3,3 km), La Fouillarge (3,6 km).
Les berges des cours d’eau sont occupées par une ripisylve bien développée, des
prairies et des bois. Au droit de la prise d’eau la vallée est très encaissée.

Le ruisseau Le Galet, frontière entre la Haute-Vienne et la Dordogne disparaît dans l'indifférence de tous !

C'est même la frontière entre l'Aquitaine et le Limousin que notre Hollande a fait disparaître pour parait-il le boum économique de notre pays. On attend les économistes patentés payés par nous, commissionnés par les élus Nouveaux-Aquitains (ils auraient pu prendre "Aquitains 3.0 " ou "Aquitains Nouvelle Génération" ! ça aurait plus de gueule bouisiness) pour nous les montrer, les zéconomies.
Je surveille cette frontière. Je l'ai connue ruisseau à écrevisses. Ben aujourd'hui, y a plus de ruisseau, même pas une rigole de pré après l'orage ! il faut dire que les étangs anciens et nouveaux (ben oui, nouveaux !) ont fait leur effet. L'évaporation a fonctionné. Le pays de l'arbre et de l'eau ! ah ah ! la bonne blague.
img_1910
Oui c'est ici que passe la frontière ! C'est le Galet qui passe ici. Il fait 3, 6 km de long.
#Jumilhac #LeGalet #Limousin #Périgord #Aquitaine #Dordogne #Haute-Vienne

Vie associative à Jumilhac, une lettre

Je reçois ce courriel d'un animateur de l'association http://www.jumilhac-le-grand.fr/en/association/1/19360/jumilh-act,

 https://www.facebook.com/jumilhactasso

je diffuse.


Bonjour à tous,

vous recevez ces mails car vous faites parti de mon listing, aussi, si vous ne voulez plus les recevoir, dites-le moi simplement. je sais que l’on reçoit tous beaucoup de mails.

Ce dimanche 20 janvier, nous nous sommes donc réunis pour la 2e fois autour de ce qui nous préoccupe, à savoir, la vie locale.
Nous étions une douzaine et nous avons donc discuté de l’idée de la création d’un lieu collectif. Nous avons évoqué ce que nous pourrions y faire (café linguistique, échange de services, etc.)
Nous avons parlé aussi de ce qu’il faudrait éviter de faire (comme un magasin de producteurs alors qu’il y a une épicerie dans le bourg qui propose déjà des produits locaux tels que fromage, charcuterie, confiture, etc.,). Bref, d’éviter de proposer des choses qui existent déjà.

Il a été décidé qu'une lettre serait adressée prochainement au maire pour lui demander si des locaux communaux sont disponibles et seraient en phase avec ce projet. Nous sommes en train de nous en occuper.

La réflexion se poursuit donc sur ce sujet.

D’autre part, il a été rappelé le souhait de créer une sorte d’annuaire local, c’est-à-dire d’identifier les ressources locales (qui fait quoi?) et de mettre à disposition de tous cette information. Il s’agit de cette fameuse plate-forme d’échange de services.

Une idée intéressante a été lancée aussi : celle de créer un événement fédérateur.
Par exemple, de faire un repas partagé au mois de juin sur les bords de l’Isle, en bas du château, un peu comme cela s’est fait lors de la fête des voisins il y a deux ans ou trois ans. Cela permettrait de démarrer un rapprochement entre toutes les bonnes volontés et amateurs de vie sociale, de se rencontrer et de partager un moment, sans pour autant nécessiter l’obtention d’un lieu particulier ni de créer une association dans l’immédiat et sans frais financiers particuliers.

Il a été décidé aussi de renouveler les réunions toutes les deux semaines afin d’avancer sur nos souhaits. Il faut dire qu’il y a beaucoup d’idées qui jaillissent à chaque fois, preuve que ces réunions répondent à une attente.

La prochaine réunion aura donc lieu le dimanche 03 février, toujours à 18h et toujours à la maison des associations.

D’ici là, n’hésitez pas à avancer de votre côté dans vos réflexions, quitte à noter noter sur blanc vos idées et vos recherches.
Ces réunions sont ouvertes à absolument tout le monde, mais nous n’avons pas les emails de chaque habitant, alors faites tourner l’info autour de vous !

Merci et bonne journée à tous

lundi 21 janvier 2019

J'ai acheté des forces au vide-grenier de Jumilhac

Le ciseau à moutons (forces)

IMG_1630 

J’ai acheté ces ciseaux au vide-grenier du 15 août à Jumilhac cette année. Ils m’ont rappelé les armes d’Hautefort et le musée de la médecine de l’ancien hôpital d’Hautefort (ne le manquez pas !)



Hautefort 19


Je me souviens de Guy des Cars


Dans le Pays de Saint-Yrieix, on ne peut manquer l’antenne des Cars ! et quand on visite le château d’Excideuil on peut lire une plaque qui nous informe sur les Pérusse des Cars.

« Guy Augustin Marie Jean de Pérusse des Cars, dit par convenance Guy des Cars, est un écrivain français né le à Paris (16e) et mort le à Paris (13e). Il est inhumé au cimetière de Hautefort en Dordogne. «


J’ignorais qu’il était inhumé à Hautefort. Lui qui était fidèle des médias il aurait été bien aux Cars sous l’Antenne qui abreuve tout le pays alentours.


Je me souviens de la mise en service de cette antenne en 1959 et de notre visite avec la 2CV toute récente.

Mais je reconnais qu’Hautefort ça a plus de gueule !

« Lieutenant dans le 102e régiment d’infanterie qui a participé à la bataille de l’Ailette, il reçoit la Croix de guerre pour sa conduite au front. Après la défaite de 1940, il se retire dans le Midi, où il écrit son premier roman L’Officier sans nom, un livre de guerre qui reçoit le prix Goncourt de zone libre en 1941. Il a écrit de nombreux romans qui ont eu un grand succès, dont L’Impure, La Brute, La Dame du cirque, Le Château du clown, Les Filles de joie, Le Faussaire, L’Envoûteuse, La Justicière, L’Entremetteuse, La Maudite.  »
« Rattachant ses œuvres à la catégorie du « roman de gare », ouvrage distrayant et superficiel, certains critiques littéraires l’avaient surnommé « Guy des Gares » »
On peut entendre son fils sur Radio classique par exemple


Jean des Cars s’est occupé un temps du château de Hautefort.

Ils parlent de Guy des Cars :



Le compteur Linky





A Jumilhac une pétition a été lancée contre le compteur d’électricité Linky. On annonce 600 signatures sur 1 244  habitants.
Ben didon !

A Nantes et dans le Morbihan nous avons des compteurs Linky depuis un moment. Ça fait des trucs qui clignotent la nuit quand on passe sur les trottoirs. Ah ah … c’est qu’ils me surveillent !  Pas eu d’oppositions. Je sais que ces compteurs pourraient être installés depuis fort longtemps. J’avais appris cela du temps où je fréquentais les centre de recherche d’Edf. Mais on ne lançait pas l’affaire pour éviter des mouvements sociaux.

J’ai un branchement au réseau électrique. Mais le compteur (d’origine, un vieux de vieille) est dans la maison. Il ne peut être sur le domaine public. Je me suis renseigné. Impossible même de le mettre sur un poteau en bord de route. Les personnes chargées de le relever doivent aller dans un champs et me faire ouvrir la maison. Mais je ne suis pas toujours là. Idem d’ailleurs pour ceux qui habitent autour de moi. Il faut prendre une demi-journée pour attendre le releveur. Alors j’attends le Linky.
Quand je m’ennuierai j’irai à St-Yrieix accéder à l’Internet et consulterai ma consommation électrique. Mais il y a mieux : je me lèverai en même temps que le soleil et me coucherai avec lui.

Je sais…

Ces machins émettent des ondes. Mais tout le monde veut son smart-phone et surtout que la batterie du smart-phone ne se décharge en quelques minutes faute d’antenne dans le coin. Même mon tél portable le moins cher du marché se « vide » en quelques minutes quand je veux l’utiliser dans le pays de Jumilhac. Et tout le monde se plaint de la fracture numérique. Moi je me plains de la fracture téléphonique. Si t’es cardiaque, t’es mal barré pour appeler les secours. Déjà que le ouiquende le toubib de service peut être du côté de Thiviers et on connaît la route écolo qui va de Thiviers à Jumilhac. Ah que je suis exigeant. Je l’avoue. Et y a pas bézef de monde pour venir te faire un massage cardiaque. Je n’ai pas vu d’annonces de formations populaires dans le coin ou ailleurs. Y aurait-il autant de personnes dans le coin qui ne mettent pas le téléphone à l’oreille ?

EDf ou Enedis ou je ne sais plus où nous en sommes depuis qu’on a déréglementé, peuvent savoir quand je consomme de l’électricité. Je ne suis pas peu fier de savoir qu’on s’intéresse à moi. Et puis comme je n’ai pas un smart-phone toujours en service pour indiquer où je suis en train de pisser, de manger, de… j’ai droit à un peu de surveillance. C’est que je ne bénéficie pas d’offres promotionnelles personnelles, adaptées à ma consommation, bienveillantes quand je passe devant une boutique 3.0. Mais je m’y fais. On ne m’a jamais proposé d’acheter des bretelles. Et bien, figurez-vous que malgré cela, je viens d’acheter des bretelles. Excellent pour la digestion. Demandez à votre toubib une ordonnance. Vous y avez droit. S’il refuse, allez écrire sur les cahiers de doléances. Y aurait-il que mon père et Charles Aznavour qui pourraient porter des bretelles ?


Je sais qu’à Jumilhac et ailleurs en Dordogne suite à la dernière tempête des gens se sont retrouvés avec leur maison dans le noir en plein été. Ben… ils avaient été forcés par … qui donc ? à installer des volets roulants électriques commandés par ondes radio. C’est ballot !

Et je vois bien un hacker pirater les télé-commandes et enfermer la population.  Avez-vous pensé à un incendie dans la maison. Plus d’électricité, impossible d’ouvrir. Demandez aux USA ce qui s’est passé dans les grands incendies du Far West ?

On n’a plus le loup (quoique…), la guerre de Cent ans, la Grande, la dernière, la famine mais on a les peurs de notre époque qui n’a pas été foutue de supprimer la mort (seulement foutue de nous faire vivre plus vieux et en conséquence choper des maladies qu’on aurait pas eu si on était mort à l’âge de Jésus).

P.S.
Actualité :

et les arnaques sentimentales sur la Toile !

jeudi 17 janvier 2019

Le tandem des années 60


img_1948
Selles en cuir bien sûr ! tout est français dans ce tandem. Il est à vendre.
 » D’origine anglaise, le nom est un emprunt au latin tandem, qui signifie « enfin ». Le mot tandem était utilisé dans l’argot étudiant anglais pour exprimer l’idée de longueur.
Les étudiants raillaient les carrosses des personnes huppées, attelés d’une double colonne de chevaux, l’une à l’avant, et l’autre à l’arrière. Ces hippomobiles devenaient irraisonnablement longues. Le jeu des étudiants aurait été alors de crier « Tandem ! », soit « Enfin ! », quand la dernière rangée de chevaux était passée devant eux. Le propriétaire était ridiculisé et les chevaux effrayés. « Tandem » désigna alors argotiquement ces attelages, puis au fur et à mesure a désigné un cabriolet à deux chevaux attelés en flèche. Toutefois, on peut trouver une autre explication dans des traités sur les attelages hippomobiles : l’attelage de deux chevaux en flèche (« à la Tandem ») aurait été popularisé par un écuyer anglais du XVIIIe siècle, Lord Tandem. Mais l’existence de Lord Tandem ne semble pas avérée. Le sens actuel est attesté en 1884. Le double attelage a laissé place à un double pédalier…  »

Le fusil à broches de mon grand-père paternel


img_1950
img_1949

Share this:

La vraie écologie c’est l’enfer !


– « Tu n’as pas encore vidé la bassine d’épluchures dans le composteur ! c’est plein de moucherons et de punaises !  »
–  » Ton vélo a encore laissé des tâches de boue et de graisse dans le garage ! tu nettoies  »
–  » Toi, tu nous emmerdes avec ton vélo et tes pistes cyclables !  »
–  » Quoi ! t’es limousin ! ce sont vos vaches qu’il faudrait interdire, pas les voitures. Les vaches polluent plus que les voitures !  »
–  » On paye des impôts et il faudrait qu’on plie les cartons, qu’on trie les déchets ! et quoi encore ?  »
– tu ramasses et cueilles des fruits cussonés. Il te faut tous les jours repérer les pourris, curer ceux qui peuvent l’être. Acheter un troisième composteur pour mettre les déchets. Aller au SuperU du coin chercher des cageots. Et il t’est interdit de t’en servir pour allumer un feu de cheminée qui pollue. Mais ouf, Ségolène, Royale !, nous a permis de continuer à avoir des grillons du foyer. Saluons au passage notre ambassadrice des pôles et du soleil. Si elle avait été présidente on n’aurait pas la chienlit sur les champs.
–  » Tu achètes une maison et il y a des arbres. L’enfer vert ! ça coûte un fric fou que de faire ramasser les feuilles. Et couper les arbres ! Un hélicoptère c’est pas écolo quoiqu’en pense Nicolas Hulot qui a fait sa fortune en hélico. On ne va pas casser la maison pour couper les arbres. Pire quand ce sont des arbres fruitiers. C’est dégueulasse ces fruits. Ça attire les bestioles qui piquent. Et ça  n’a même pas une étiquette AB ! on ne veut pas s’empoisonner !  et ça salit ta bagnole sur lesquels ils s’écrabouillent  »
– les chiottes sèches. C’est l’esclavage. Il te faut récupérer de la sciure à la scierie de Bourdoux. Et chaque fois que tu vas aux chiottes, il t’en faut mettre une couche. Et qui c’est qui s’y colle pour vider le réceptacle ? et il faut porter ça dans le jardin. Ton voisin tord le nez. Et on te verse même pas une prime ! On te discrimine. Je sais, sur 50 maisons, nous ne sommes que deux à composter et trois à utiliser le vélo en ville. C’est notre faute. On ne fait pas comme tout le monde. On n’a pas des millions de foloweurs sur facebouc.
– pour limiter le gaspillage des emballages, tu achètes tes 50 kg de riz dans une poubelle en bois éthique. Et il te faut acheter un vélo-cargo pour la transporter. Et où garer ton vélo-cargo ? tu crois que tes voisins vont vendre une de leurs bagnoles pour te faire une place sur le trottoir ? et un vélo-cargo tu en as vu beaucoup sans moteur électrique ?
– Rouler à vélo. L’enfer ! tu as des pistes cyclables qui servent de parking gratos aux automobilistes, tu dois changer rapido presto de direction et tu mets en danger les autres automobilistes !  Quand il pleut, tes lunettes ne te permettent plus de voir. Ça glissse surtout à cause des feuilles de ces arbres d’un autre âge. On fait maintenant des arbres à la Koons. Et puis il y a plus écolo 3.0, le vélo à assistance électrique qui permet d’arriver à la salle de gym en pleine forme. Toi qui te prends pour le « vrai écolo » tu ralentis la circulation. Ils l’ont bien compris au Vietnam. Ils ont interdit le vélo en ville. Si tu voyais cette circulation fantastique de pétarous dans Saïgon ! Mais le pétarou ce n’est pas écolo. C’est sûr. J’en sais quelque chose.
– tu cultives tes légumes. Mais tu t’y casses le dos. Tes chênes qui ont peur de disparaître (ils écoutent les médias !) se mettent à glander que ce n’en est pas raisonnable. Si tu t’absentes un an, quand tu reviens tu as une forêt de petits chênes. Et ils ne sont même pas truffiers ! et enlever à main nue (de nos jours, si tu fais « à main nue » c’est le must) des petits chênes, on voit bien que nos écolos patentés ne l’ont jamais fait.
Moralité
Tu as compris ! il vaut mieux arrêter ces pratiques ridicules d’écolo idiot. Si tu es catho tu peux aller te confesser de tes crimes contre la nature et même contre nature. Le pape a fait une bulle pour ses confesseurs afin qu’ils aient des peines adéquates. Les gens de la com du Vatican ont rédigé des prières écolos.
Sinon il n’y a pas mieux que les marches. Non pas un pèlerinage pedibus cum jambis vers Chartres ou Solutré (ça c’est pour Jack Lang). Mais une « marche pour le climat ».
« « Et tous les samedis soirs que j’peux, j’écoute pousser mes cheveux, je fais glou-glou, je fais miam-miam, j’défile criant Sauvons la planète parce qu’enfin j’ai mes opinions »
Brel 2018

Ça marche encore mieux que l’ostension des saints limousins, plus efficaces contre le mal des ardents que pour la pluie ou le soleil.
Tu peux aussi et en même temps sauver les palettes (pensons aux palettes fabriquées à la scierie de Bourdoux). C’est tendance, c’est déco écolo. La déco écolo c’est même télévisuel, certes moins que les Gilets Jaunes.

vendredi 14 décembre 2018

De Bourdoux à Saint-Nicolas Courbefy

route de St-Nicolas Courbefy 1
Il paraît que ce bois va partir au feu pour chauffer les gens de villes écolos. Du chêne, y a pas mieux. Pour les meubles Ikéa des copeaux suffisent. Et les " déchetteries " sont assurées d'être bien alimentées. Merci Ikéa. Ecolo tout ça coco !
route de St-Nicolas Courbefy 8
route de St-Nicolas Courbefy 5
Par ce temps de canicule, nous avons trouvé ce petit morceau de route pour marcher. Et les automobilistes roulaient tout doux.
route de St-Nicolas Courbefy 4
Ah le sapin ! c'est que les terres par ici ne sont pas assez acides. Et le sapin ça pousse vite et droit.
route de St-Nicolas Courbefy 7
route de St-Nicolas Courbefy 6
A Saint-Nicolas-Courbefy on n'a pas rencontré des représentants des héritiers de l'acheteur du " village " (!) Je me souviens de l'expo du monsieur sur les grilles du jardin du  Luxembourg à Paris.
https://www.lejdd.fr/societe/courbefy-le-village-au-tresor-fantome-3420200
"Un homme, Bernard Hasquenoph, va briser le charme. Fondateur du site Louvrepourtous.fr, qui défend la gratuité des musées, il va découvrir que les expositions du Coréen ne sont pas des programmations mais des locations d'espaces, et que ces musées ont reçu d'importantes donations de ce curieux mécène. Derrière ce pseudo innocent se dissimule un sulfureux homme d'affaires, Yoo Byung-eun, qui a mis en faillite deux banques au moment de la crise asiatique de 1997 après avoir déposé le bilan de sa société avec 219,8 millions de dollars de dettes! Egalement gourou d'une secte, le Coréen a fait quatre ans de prison pour avoir détourné 1,15 million de dollars provenant des donations faites par ses adeptes. Il est aussi impliqué dans le naufrage du ferry Sewol, qui a coûté la vie à plus de 300 personnes le 16 avril 2014. Un désastre imputé indirectement à ses opérations frauduleuses et qui va précipiter sa perte.
 
Les circonstances de sa mort, en juin 2014, alors qu'il était l'homme le plus recherché de Corée du Sud, restent aussi un mystère : l'état de décomposition de son cadavre, retrouvé dans un potager à proximité d'une de ses propriétés, était très avancé. Dans la résidence, les policiers ont découvert, dans une pièce secrète, dix valises contenant 2,8 millions de dollars. Son fils aîné, Dae-kyun, sera interpellé après quatre-vingt-dix-sept jours de cavale et a été condamné en Corée à trois ans de prison pour détournement de fonds. En juin dernier, sa fille, Seom-na, qui vivait à Paris, a été extradée vers Séoul. A New York, une action a été lancée pour saisir les biens du frère cadet, Hyu-kee. Selon les Coréens, il serait redevable, en tant qu'héritier, d'un tiers de la dette de son père, de l'ordre de 16,5 millions de dollars. L'affaire est toujours pendante devant la justice américaine.

Ahae Press Inc. aurait permis de détourner 31 millions de dollars

D'après les autorités sud-­coréennes, la véritable vocation d'Ahae Press Inc., une des sociétés de la nébuleuse, propriétaire, entre autres, du village de Courbefy, était de "diriger les actifs de la famille […] de manière à tenter d'empêcher les créanciers de récupérer leurs dettes". Ahae Press Inc. aurait permis de détourner 31 millions de dollars. Les membres de la famille Yoo auraient notamment versé des millions de dollars à Ahae Press Inc. pour acquérir des photos sans réelle valeur. Selon Bernard Hasquenoph, "l'activité photographique lui servait à exfiltrer vers l'étranger des sommes importantes et à détourner des fonds via des sociétés-écrans". Le patriache Yoo n'apparaissait jamais dans les organigrammes. "Mais il était, de fait, le dirigeant de tout cet empire", indique encore l'auteur du livre-enquête Ahae, mécène gangster (Ed. Max Milo). Même de Courbefy…
Sur ce promontoire dominant la vallée à 600 mètres d'altitude, le temps semble suspendu. Quelques roses se dressent contre les murs de pierre des maisons démunies jusqu'au cuivre des câbles électriques et à l'étain des gouttières. Un peu partout, des écriteaux répètent "PRIVE" en lettres capitales. Derrière une vitre brisée, un escarpin blanc trône sur un sol crasseux au milieu de vieux sommiers recouverts de rideaux en lambeaux. Les portes sont pour la plupart tenues fermées avec du fil de fer comme de minuscules points de suture sur des plaies béantes. Celui qui les a ainsi ligaturées est le gardien de Courbefy. Un colosse hirsute qui porte la barbe et un revolver à la ceinture et veille sur la propriété de ses employeurs : une société américaine établie à New York à laquelle il adresse chaque mois un rapport détaillé : Ahae Press Inc., qui est dirigée par le fils cadet, également à la tête de la branche américaine du mouvement religieux aux allures de secte familiale. "Ce fils s'est engagé à poursuivre le projet de son père ici, assure Bernard Guilhem… Quand tout sera réglé."
Courbefy sera-t-il un jour le nouveau temple de ces adeptes de l'Eglise du salut? Aujourd'hui, le maire aimerait que le hameau soit revendu, mais l'héritier coréen lui a fait savoir qu'il n'en était pas question. Des squatteurs, revendiquant la création d'un Centre de recherche internationale pour un monde meilleur, ont occupé le terrain fin 2015. Alerté par le maire, Ahae Press Inc. a saisi le tribunal de Limoges, qui a ordonné un avis d'expulsion contre les occupants. Pour l'un d'eux, Damien, qui habite à 5 km du site, "l'histoire de Courbefy a toujours été rocambolesque. C'est un site qui date du néolithique. Au temps des rois, c'était un repaire de brigands. Et si Ahae a acheté le hameau, c'est certainement parce qu'il avait entendu parler du trésor de Courbefy". Emplacement stratégique à l'époque des Celtes, il se murmure que le hameau endormi reposerait sur un tas d'or. Un trésor… "
Et quid de cette maison de retraite pour éléphants pour laquelle BB, notre BB nationale, celle qui est allé voir notre Emmanuel récemment nous ont dit les gazettes, a versé des sous. Attend-t-on un gros chèque de la Fondation Hulot ?
Les éléphants auront-ils droit à l'eau mise en bouteille à Bussière-gare ?

Écologie pratique ou comment on tue la vie dans une rivière avec une "micro-centrale" hydraulique

micro centrale de Jumilhac 1
micro centrale de Jumilhac 12
A noter qu'il y a une passe à poisson, comme pour la centrale sur la Garonne à Toulouse ou encore au barrage d'Arzal sur la Vilaine. Mais il n'y a plus de poissons !
micro centrale de Jumilhac 13
Au pied (ou presque) du château
Château de Jumilhac vu de l'Isle 5
J'aime bien ces usines dans la campagne. Et l'histoire des sciences et des techniques. J'ai d'ailleurs profité du Centre François Viète à Nantes.
Mais quand j'entends des écolos de médias venter les micro-centrales hydrauliques avec tous les éléments de langage à la mode, je coupe le poste. En amont, j'ai pu voir les conséquences de l'envasement. J'y ai fait du canot. C'est bien impossible maintenant. Vous ne verrez pas un seul pêcheur sur l'Isle. On fabrique des plaines alluviales. Et là, pas de doute, c'est l'homme la cause.
J'apprends que dans le cadre du projet européen sur la moule perlière on détruit des retenues pour moulins datant de plusieurs siècles (Ah ! à l'époque ça ne gênait pas les truites fario nécessaires dans le cycle de vie des moules. Qui m'expliquera ?) ...
Et tous ces petits étangs inutiles (y compris pour la pêche et les loisirs) qui ont été construits dans les années 50/60, qui ont accru la température de l'eau. Les conséquences se virent pour la pêche bien avant l'arrivée des pommiers (AOP ! ben couillon ! bien traités)

" La gendarmerie d'antan ", le airbnb de Jumilhac-le-Grand

Nous passons devant chaque fois que nous allons de Jumilhac ville (Jumilhac Center ! Jumilhac downtown !, nous aussi on sait causer 3.0, " nouvelle génération " !)  à Bourdoux (commune de Jumilhac-le-Grand. Ne pas confondre avec le Petit Jumilhac et son église de Jumilhac-le-petit ! https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Chapelle-Faucher).
3 appartements et des propriétaires qui manifestement plaisent : notés 5/5 en 67 commentaires !

Arédiens, Jumihacois...est-ce ainsi que vous voyez nos amis Anglais installés dans le pays ?

Notre Vialatte quotidien : "Les anglais sont timides, charmants et monotones. '

 
"Les anglais sont timides, charmants et monotones. Un peu comme du veau de choix dans une assiette de fleurs. Le français doit tirer son charme de lui-même, l'anglais le tire de l'Angleterre. Et c'est toujours le même, mais on ne s'en lasse jamais. Car il repose comme un fauteuil de cuir, en face d'un bouquet de roses qui se reflète dans une table à côté de la théière d'argent. Les anglais ont des souliers jaunes qui sentent la litière de pur-sang ; ils les agitent sur des pelouses en tapant sur des boules avec de longs bâtons. Ils font bouillir le gigot du mouton et le mangent avec de la menthe. Ils parlent un langage que personne ne comprend. Bref, ils sont purement britanniques. Debout sur les pattes de derrière, ils contribuent avec le kangourou à faire de notre brumeuse planète un astre étrange et merveilleux peuplé d'êtres inexplicables.
Ils se réveillent avec le besoin injustifiable de commencer par manger des pruneaux et de faire circuler sur leur peau des brouillards froids, gluants et jaunes, ce qui relève des moeurs de fantômes de cimetière.
Ils ne ressemblent à rien, et d'abord pas à l'homme. Ils sont loin de l'homme et près d'eux-mêmes. Et, par exemple, ils ne font pas pipi. (Nul texte anglais, du moins, n'a jamais fait mention d'une habitude si dégradante.) Ou alors ils ne le savent pas. S'ils l'ont appris, comme me la affirmé une vieille demoiselle écossaise, ce ne peut être que tout récent. Jusqu'alors ils n'en savaient rien ; ou n'en éprouvaient pas le besoin. Ou alors ils trouvaient la chose trop indécente.. On se demande comments ils ont pu se retenir jusqu'au XXe siècle.
Où sont passés les ivrognes de Hogarth, les énergumènes de Shakespeare ? les escogriffes et les monstres du XVIe ? Peut-être pas tellement loin. Je pourrais en dire certaines choses. Je ne le ferai pas, car j'adore les Anglais. Où serait le plaisir d'aimer sans l'injustice ? Ce que nous donnons de meilleur, c'est la partialité. "Alexandre Vialatte, chronique du 24 août 1954
 
Le Limousin, le Périgord change-t-il l'Anglais ?
 
Le Limousin, le Périgord sont-ils changés par l'Anglais ?

La "patience" de mon ancêtre à Bourdoux

IMG_1747
Page de son livret militaire, 1075
Mac Mahon était président de la République
" PATIENCE désigne aussi, en langage militaire, une Planchette à rainure dont on se sert pour astiquer les boutons de métal. "
"La patience d'origine très ancienne, est généralement une planchette en bois d'une vingtaine de centimètres ou une étroite bande de laiton percée d'un trou et d'une longue rainure. Elle servait aux militaires pour astiquer les boutons d'uniforme sans salir le tissu.
Certaines sont en cuir ou autres supports. Pendant la Seconde Guerre mondiale, par économie de métal, l'armée anglaise adopta des modèles en carton bouilli.
Son utilisation s'est perdue dans le milieu des années 1950 "
 
 
 

La route, on y meurt dans la région

https://www.lepopulaire.fr/saint-yrieix-la-perche/faits-divers/2018/11/05/un-mort-dans-une-collision-entre-deux-camions-a-saint-yrieix-la-perche_13042021.html
Je fréquente beaucoup cette route. Je l'ai fréquentée à vélo. Je n'ose plus. Pourtant elle est quand même moins dure que la côte montant à Bourdoux quand on vient de Jumilhac ou de St-Priest-les-fougères.
J'utilise la voiture. Je l'avoue. Mais je suis inquiet chaque fois. Je l'avoue aussi. Je suis un trouillard. Surtout si c'est aux horaires d'embauche ou de débauche. Le comportement des automobilistes est le même partout en France. Ça va vite pour aller tremper la soupe à moins que ce soit...
" Bicam o trempan la sopa ? "
et, dans le PSY, on n'est pas ralenti par les embouteillages. Je ne veux pas dire par là que beaucoup de cafés ont fermé.
Le route est belle, le revêtement en bon état, mais elle a des virages. Ça vire beaucoup en Limousin et Périgord. Et quand on les prend vite, à la limite des 80 k/heure on est déporté. Les lois de la physique s'imposent à tous. Pas celles de nos députés. La force centrifuge, la force centripète ne sont peut-être plus enseignées à l'école depuis qu'on fait dans le "numérique" et les tablettes (je sais les tablettes payées par les impôts c'est maintenant totalement démodé, il faut des smart-phones. Pédagogie bienveillante exige) pour expérimenter sans se mouiller.
" Un homme de 55 ans, originaire du canton de Saint-Yrieix-la-Perche, a perdu la vie, ce lundi vers 16 heures, sur la départementale 901, entre Saint-Yrieix-la-Perche et le Chalard. Il conduisait une camionnette équipée d'un plateau.
Selon les premières constatations de la gendarmerie, il circulait en direction du Chalard quand il a été percuté dans un virage par un camion-benne arrivant dans le sens opposé. La camionnette a été littéralement coupée en deux et sa cabine écrasée contre le rail de sécurité."
Nous sommes servis dans la région ! la route de Poitiers à Limoges est une des plus risquées de France. Et la route de St-Yrieix vers l'autoroute Limoges/Brive il faut éviter de la prendre quand le soleil vous tape dans les yeux. A moins de vouloir jouer à la roulette russe. Le hic c'est que les autres automobilistes, eux, ne veulent peut-être pas jouer.
C'est la route sans nom ! ben oui, ce n'est pas la "route Boisserie" ! que d'aucuns ne veulent pas.
Et si on remettait le tacot ? Mais je suis sût qu'alors on aurait des manifestations d'écologistes qui réclameraient certainement une piste cyclable. J'ai 3 vélos dans mon étable. Et une corpulence de coureur cycliste m'a dit mon toubib limousin !

Jumilhac, sa vallée, son château en automne

IMG_1963
IMG_1967
IMG_1965
IMG_1966
IMG_1968
IMG_1969
Le poids public en face du château
IMG_1964
La vallée de l'Isle au pied du château. On voit le bâtiment de la centrale hydro-électrique.
Ohé les écolos ! arrêtez de dire que l'hydro-électrique c'est du durable. Derrière le barrage, de la boue, plus aucune vie aquatique, bientôt on aura une plaine alluviale. Et plus d'électricité. Les micros centrales ce n'est pas la panacée. L'écologie ne se confond pas avec la zéphologie et le pipeautique. C'est difficile ! Pour les barrages, demandez combien de m3 chaque année arrivent derrière celui de Serre-Ponçon.
IMG_1962

Vers Cro-Gallet

IMG_1986
Direction Bourneix et ses mines d'or, gauloises et modernes
IMG_1961
Route de Cro Gallet vers Le Chalard
https://www.geoforum.fr/uploads//post-3761-0-34173500-1372971527_thumb.jpg

La " Flow vélo ", 290 km d'itinéraire vélo reliant l'Atlantique au Périgord

L'itinéraire :
Je n'ai jamais vu de panneaux. J'ai découvert par hasard en recherchant sur la Toile un de mes apiculteurs ! Rien dans les Offices de tourisme.
Il est vrai que le dernier tronçon à l'est est Nontron-Thiviers. On ne va pas jusqu'à Jumilhac ! Pourtant la communauté de communes de Jumilhac participe à la "flow vélo" ! sans doute encore un truc de technocrates. On vous dit par les temps qui courent que les maires ....
Nontron/Thiviers, 29,6 km, 2h 30
On ne voit pas bien le détail de l'itinéraire.
"La Flow Vélo® est un projet porté collectif par la Région Nouvelle-Aquitaine, les trois Départements de Charente-Maritime, Charente et Dordogne, les quatre Communautés d’Agglomération Rochefort Océan, Saintes, Grand Cognac et Grand Angoulême et les six Communautés de Communes, Vals de Saintonge, Cœur de Saintonge, Haute-Saintonge, La Rochefoucauld Porte du Périgord, Périgord Vert Nontronnais, Marches du Périg’Or Limousin - Thiviers – Jumilhac."
Mais quel nom à la c.. ! Pourquoi pas " Flow Bike " ? Décidément je suis totalement foutu. Je parle encore français et même parfois j'utilise le subjonctif. Comment voulez-vous développer notre région si on cause français ? Ah ! quand aurons-nous un " Family Village " à Jumilhac-the-Big-Great and large ?
C'est que faire du vélo c'est d'un autre siècle. Mais avec de l'ingliche c'est bobo tout plein.
Je lis "Si le nom de la Flow vélo est un anglissisme « dans l’air du temps », c’est aussi pour parler aux oreilles des touristes étrangers, en particulier des Allemands et Néerlandais, adeptes de vélotourisme. La Région, qui consacre deux millions d’euros par an à l’aménagement des itinéraires cyclables, estime que les retombées économiques peuvent atteindre 65 millions d’euros en Nouvelle-Aquitaine chaque année."
Ah ah ! un "anglissisme" ! mettez bien le bout de la langue où il faut et vous aurez l'air intelligent. Vélo en allemand ça se dit "Fahrrad" ! et en néerlandais ça se dit "fiets" !
Sud Ouest
Crédit photo : DR
Quand on pense qu'on a nommé une autre route, la Vélofrancette ! et une autre "La Loire à vélo " ! on est quand même bien plus mieux moderne en Aquitaine, pardon in NiouAquitaine !

P.S. on m'écrit :
- " Eh oui, encore un anglicisme. Mais en est-ce vraiment un ? Je me demande comment il est compris par une personne de langue anglaise! Tout comme "faire son footing". Ignorance et bêtise ; créativité en panne. "
- "adissias!
je partage your point of vue à 100% !
l'influence des Rois d'Angleterre sur la nouvelle aquitaine "post mortem" ? "
- Pascal Ratinaud m'écrit et m'autorise à publier son texte.
" J'avais déjà réagi à ce « baptême », en février de cette année (Doc joint). Auparavant, j'avais contacté Nicolas Lemeunier, chargé de mission à Charente Tourisme, pour bien connaître les tenants et aboutissants de l'opération, sans risquer de diffuser des mauvaises nouvelles (« Fake News » en français)
Je l'avais fait suivre aux élus locaux* ET au maire de Marthon, Patrick Borie, qui était l'un des principaux initiateurs de l'appellation « Coulée d'Oc » pour la voie verte reliant Le Queroy à Souffrignac, en Charente.
J'avais été carrément plus incisif et « cru » que Henri Habrias...
Vergonha, vergonha !!
Le Ratinòc.
* Car, en tant qu'élu local et siégeant à la Com com locale jusqu'en 2014, j'avais été l'un des acteurs de l'opération de réhabilitation de cette même voie verte côté Dordogne :
- Rachat des dernières propriétés de la SNCF sur la voie ;
- Étude du parcours et contournements des emprises privées (car, malheureusement il y en a beaucoup !), dans le respect des dénivelés d'une voie verte, en particulier le fait que sur une voie verte digne de ce nom, le dénivelé ne doit pas excéder les 5%... ceux qui quitteront la route de Javerlhac pour « attaquer » la côte de Puymoger, puis celle de St Martin le Pin, puis celle de Mérignac et enfin celle de la Bardinie avant d'atteindre Nontron, que ce soit à pied ou à vélo, en chaise roulante ou en patins à roulettes (« Rollers » en français) maudiront ceux qui les auront détournés dans ce traquenard ;
- Travaux de réhabilitation du tracé : arrachage des arbres, etc.... ;
- Inspections (coûteuses) du viaduc du Refuge et du tunnel ferroviaire sous la colline de Goulat ;
- Sécurisation du viaduc (Barrières, grilages anti-suicides...) ;
- Rachat (pour le « franc symbolique » de ce même viaduc... attention : les ruines seront à nous !) ;
- Contacts auprès des propriétaires de la propriété de La Pouyade et proposition d'échanges de chemins communaux sans issue avec le parcours de la voie sur cette propriété ;
- Etc... etc...
Je n'entre pas dans les détails de réunions (Dont beaucoup avec et auprès des charentais, initiateurs en la matière), réflexions et temps passé pour tout cela.
Depuis : aucun progrès, le projet est endormi, « en attente » (Standby » en français), d'autres priorités sont à l'ordre du jour, les arbres repoussent sur la future « Flow vélo » et « Coule, petit vélo » !!!
 MAIS : « C'est quand on n'a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien. »  Sénèque
et voici son texte :
"
COULE, petit vélo ! 22 février 2018
À propos de la « Flow vélo® » (https://www.lacharente.com/La-Flow-Velo-nouvel-itineraire-velo   - Contact : Nicolas Lemeunier, chargé de mission à Charente Tourisme 05.45.69.04.83)
ou Véloroute n°92 appelée à relier l’île d’Aix à Thiviers - 290 km) :
J’ai été agréablement surpris d’apprendre que le nom de la future « voie verte » traversant notre Périgord Vert s’appellera la « Flow vélo® » ¹, alors que les charentais, qui ont eu les couilles vingt ans avant nous (les Nontronnais) d’achever le travail dans ce domaine n’ont pas hésité à appeler leur portion (21 km – Souffrignac – Le Queroy) « La coulée d’oc » il y a de cela bientôt deux décennies !
De même, j’ai été très enchanté d’apprendre que la municipalité de Nontron a récemment inauguré un terrain multisports appelé « City Parc » ² (Journal Sud Ouest 24 nov. 2017 : http://www.sudouest.fr/2017/11/24/le-terrain-multisports-a-ete-inaugure-3975354-1970.php - et https://www.nontron.fr/la-mairie/actualites/380-ouverture-de-l-aire-de-jeux-city-parc ) où l’on se rend compte que le correspondant du journal Sud Ouest l’appelle « City stade » alors que la mairie l’a bien baptisé « City parc » !!! Tant il est vrai que les deux dénominations sont courantes maintenant dans l’hexagone, l’une (City Parc) venant de « City Park »…. directement des States, l’autre « City stade » venant… de chez nous, on en est proud* ! (À Mornac en Charente, il y en a un : c’est toujours un terrain multisports là-bas aussi fort apprécié par les jeunes… et moins jeunes d’ailleurs, et souvent occupé, ceci dit, preuve de son utilité !)
En continuant ainsi dans notre avilissement à la culture anglo-saxonne sans nous en rendre compte, en employant des mots ou expressions dont on ne connaît parfois même pas la signification, il ne faudra pas s’étonner de perdre un jour notre IDENTITɳ….
Je m’en fous, je sais ce que veut dire « Flow vélo® », je me ferai sodomiser culturellement en sachant d’où ça vient, mais nos enfants et petits enfants le subiront en pensant que c’est naturel, que « Ça a toujours été »…. Mais non !!!
Le Ratinòc.
¹  Non pas que je revendique une appellation en occitan, ce ne serait pas forcément le propos ou la pertinence, quoi que….
²   Là aussi : un mot anglo-saxon accompagnant (soutenant ?) un mot français : nos amis grands bretons en rigolent !
* « proud » et non pas « prout » c’est comme ça qu’on dit « fiers » en grand breton.
³ … si ce n’est déjà fait…
® Flow vélo : en quelque sorte : « la coulée à vélo » : l’agence (ou le cabinet : là, je tire la chasse) qui a en charge la communication pour cette opération a bien bris soin de déposer la marque…. Qu’elle (ou il : là, je re-tire la chasse) a POMPÉE sur l’appellation existante de nos amis charentais ! Et ils ont touché quelques centaines, voire quelques milliers d’euros –et vont continuer à en toucher- pour ce coup de maître….
Faites circuler, ce n’est pas une Fausse Nouvelle (« Fake News » en français)… bien que je me méfie de tout ce qui s’écrit « FN » !
il serait même trop tard, puisque la communauté de communes du Périgord Nontronnais a donné son accord à une attribution de subventions pour cette « opération » lors de son dernier conseil communautaire : c’est passé comme une lettre à la poste ! (« Like shooting fish in a barrel » en français de bientôt)
index

On fait toujours chabrol (chabrot) à Jumilhac, autour et alentour

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/3c/Chabrot_2.JPG/1280px-Chabrot_2.JPG
Véronique PAGNIERTravail personnel CC BY-SA 3.0
" pour faire chabrot, vous devez manger de la soupe. Lorsque il reste un peu de bouillon au fond de l'assiette, vous rajoutez un peu de vin rouge / metètz un pauc de vin roge (alors de préférence, du vin ordinaire). Puis vous portez le plat à la bouche, aquí de qué vòl dire far chabròt / c'est ça, faire chabrot. C'est quand vous buvez à même l'assiette un restant de soupe en y ajoutant un peu de vin.
Et l'expression faire chabrot, ça vient de l'occitan ?
E òc valent / et oui ! Plus précisément, far chabròt vient du nord occitan parlé en Limousin ou en Auvergne. Far chabròt vòl dire: beure coma una pichòta cabra o craba / faire chabrot, ça signifie boire comme une chèvre. Çò curiós / ce qui est curieux, c'est que l'expression far chabròt qui vient du Limousin à l'origine, s'est étendue à l'ensemble de la grande Occitanie, mentre qu'en çò nòstre / alors que chez nous, pour parler de la chèvre, vous dîtes en occitan la cabra o la craba. Cossí que siá / quoi qu'il en soit, aujourd'hui, si vous voulez faire sensation auprès de vos collègues ou de votre famille: faîtes chabrot ce midi ou ce soir / fasètz chabròt ! Succès garanti.